Les indispensables d’une cuisine zéro déchet

Ou 5 idées pour réduire ses déchets en cuisine

La cuisine est le lieu de tous les gaspillages. Entre le rouleau d’essuie-tout qui décroit à une vitesse folle, les capsules à jeter après chaque café, les restes qu’on ne finit jamais… je pense que c’est la pièce où nous jetons le plus à la maison. Pour l’instant, nous avons fait le choix de concentrer notre démarche zéro déchet à la salle de bains. En cuisine, nous faisons surtout attention à deux éléments : limiter le gaspillage alimentaire et les emballages (via davantage de courses en vrac). Cependant, j’ai d’ores et déjà repéré des solutions pour notre transition vers le zéro déchet en cuisine qui nous permettraient d’éviter le jetable et les objets à usage unique. Je vous les livre dès maintenant !

Pour dire au revoir au papier aluminium et au film fraicheur

beeswraps®
beeswraps®

Les bee wraps
Ces emballages réutilisables sont fabriqués avec de la cire d’abeille. Celle-ci permet de créer un papier malléable afin de pouvoir, facilement et durablement, couvrir nos plats, emballer les restes de fromage ou autres. Les bee wraps sont généralement vendus en 3 tailles : S, M, L (petit,moyen, grand) et certains modèles sont spécifiquement pensés pour un usage spécifique comme emballer des sandwiches. Ils semblent faciles à fabriquer soi-même (avec du tissu, de la cire d’abeille et du papier cuisson), je compte donc bien essayer !

Les charlottes lavables
Autre alternative au papier aluminium et film fraicheur : les charlottes lavables. Ce sont tout simplement des charlottes en tissu qui se déclinent en différentes tailles afin de pouvoir couvrir bols, saladiers ou encore assiettes creuses.

Pour dire adieu à l’essuie-tout et à l’éponge jetable

L’essuie-tout lavable
Deux options principales s’offrent à nous. Premièrement, les rouleaux d’essuie-tout en bambou qui ressemblent à des rouleaux classiques sauf qu’ils sont lavables et réutilisables en moyenne 85 fois. Deuxièmement, les rouleaux en serviette-éponge, très absorbants, lavables et utilisables à l’infini. Ces essuie-tout se composent généralement d’une face en coton plutôt jolie et d’une autre en serviette-éponge. Ils sont vendus par rouleau d’une dizaine de « feuilles ». Même si je préférerais privilégier l’option 2, l’option 1 me semble plus pratique au regard de notre consommation d’essuie-tout. J’espère que l’absorption et la résistance au lavage seront au rendez-vous. Côté organisation, il semble intéressant d’avoir à proximité un petit panier (autant que ce soit joli) pour y déposer les essuie-tout une fois ceux-ci sales.

Tawashis, brosses & co
Pour remplacer la fameuse éponge verte et jaune, plusieurs possibilités existent. Il y a tout d’abord des éponges à la forme classique mais lavables, réalisées généralement soit en nid d’abeille, en micro-fibres ou encore en éponge de bambou. Ensuite, le tawashi est une éponge d’origine japonaise tricotée ou crochetée, pouvant être réalisée avec des tissus de recup’. Enfin, les brosses à vaisselle en fibres végétales aux têtes remplaçables me paraissent un bon complément à ces éponges zéro déchet pour « gratter » la vaisselle plus difficile à nettoyer.

Bye bye capsules et sachets

Pour les amoureux du thé (j’avoue que nous en consommons peu), là encore, mieux vaut préférer des solutions réutilisables que jetables, comme la boule à thé, ou encore les sachets en textile. 

Pour les accros au café qui n’ont pas envie de changer leur équipement (pour une cafetière à l’italienne par exemple), il existe des solutions comme les filtres réutilisables. Si, comme nous, vous avez une machine à capsules, j’ai repéré des capsules réutilisables… les avis sont cependant plutôt mitigés sur internet, je vous ferais un retour dès que j’aurais testé un modèle.

Ciao les bouteilles d’eau

Charbon Binchotan
Morihata©

C’est LE déchet que j’aimerais éradiquer : la bouteille d’eau en plastique. Cependant, notre eau est tellement calcaire que nous n’aimons pas le boire telle quelle. Nous nous étions renseigné pour installer un adoucisseur, mais n’étions pas à 100% convaincus. En cherchant une solution plus simple et moins onéreuse, j’ai découvert le charbon actif Binchotan qui améliorerait significativement le goût de l’eau du robinet en diminuant le chlore notamment. Plus longtemps on le laisserait infuser, meilleure serait l’eau (« bonne au bout d’une heure, excellente au bout de huit »). Il est réutilisable six mois et biodégradable.

Et chez vous, ça donne quoi le zéro déchet en cuisine ?